Labhacker, le "hacker space" du congrés brésilien

hackerspace

#1

Qu’est-ce que le Labhacker?

Le labhacker a été crée en 2013, c’est un espace collaboratif au sein du Parlement brésilien qui a pour but de renforcer les liens entre le pouvoir législatif, les hackers et la société civile, au travers de projets promouvant la transparence et la participation sociale au moyen de l’utilisation des données publiques.

Il s’agit d’une structure abritée par la chambre des députés brésiliens, avec une équipe de permanents salariés par le Parlement et des locaux au sein du Congrès à Brasilia.

Ses principales missions

Stimuler le développement d’applications numériques qui permettent une vision plus intuitive du travail législatif
• Organiser des hackathons
• Ouvrir des espaces d’innovation entre spécialistes, parlementaires et universitaires
• Gérer du portail “e-democracia”, un portail de e-democracy

Et alors, ça marche?

Sur son site, le lab met en avant:
4 projets conclus
• 4 projets en version dev
• 3 projets abandonnés
• 6 événements organisés

Parmi les projets conclus, on peut citer:
• Le portail e-democracia, espace d’expression citoyenne (qui abrite les autres outils développés par le lab), et qui permet d’envoyer des questions en live lors d’audiences publiques: https://edemocracia.camara.leg.br/home
Wikilegis: un outil qui permet de mark-uper et commenter en ligne les projets de loi - https://edemocracia.camara.leg.br/wikilegis/
Pauta participativa: un outil qui permet aux citoyens de voter pour mettre des textes à l’orde du jour du Parlement - https://edemocracia.camara.leg.br/pautaparticipativa/
Expressão: un forum en ligne rassemblant citoyens et députés -https://edemocracia.camara.leg.br/expressao/

Reste à creuser ce que devient tout le travail fait au travers de la palteforme et quel impact cela a sur le travail législatif du Parlement.

Et si on posait des questions aux membres du Labhacker, on leur demanderait quoi?


2018-04-06 Compte-rendu du bureau ouvert
#2

on leur demanderait si les retours sont fructueux?si l’accès des citoyens a fonctionné?
Dans quelle proportion, les citoyens utilisent la plateforme?
Je suis assez curieuse de la gestion des questions en live lors des audiences publiques .
merci et bonne journée


#3

Ça c’est un Discourse qui me parait totalement standard, exactement comme ce forum :wink:


#4

Équipe multidisciplinaire
L’équipe d’un laboratoire de hackers devrait être aussi multidisciplinaire que possible, mais devrait rester réduite pour assurer l’agilité du processus décisionnel. Une équipe de 6 à 12 personnes, de préférence avec une diversité de genres et d’origines socio-économiques, semble un format adapté. L’idéal est d’avoir des spécialistes dans des domaines tels qu’entre autre le journalisme de données, le droit, les réseaux sociaux, la communication, la gestion, des développeurs…
Les développeurs devraient être choisis pour réaliser et incuber des projets dans le
laboratoire. Ils doivent démontrer leur expérience (ou leur intérêt) dans les techniques de développement agile, ainsi que les technologies web les plus utilisées aujourd’hui.
En général, deux programmeurs spécialisés dans les technologies backend (Python / Django et / ou Ruby / Ruby-on-Rails), un développeur frontend (HTML5, CSS, JavaScript) et un concepteur suffisent.
Espace physique
L’espace physique d’un hackerlab doit être un stimulant pour la production collaborative, non bureaucratisée et horizontale. L’endroit devrait être le plus grand possible, situé dans une position stratégique qui facilite les visites et la participation des gens.
Il est recommandé d’utiliser des meubles sans cloisons, des salles de réunion sans portes, des tableaux blancs, des autocollants avec des phrases porteuses de valeurs et d’autres aspects de décor suscitant l’inspiration. L’idée est de communiquer aux visiteurs occasionnels que ce lieu est un espace différent favorisant l’expression de la créativité et la collaboration.
Planification ouverte
Les initiatives à développer par un laboratoire de hackers doivent être créées et priorisées avec le soutien de la communauté. Il est essentiel d’intégrer dans le travail du lab des valeurs associées à la collaboration et à la participation dès la conception initiale. Pour ce faire, des événements sporadiques sont essentiels pour imprimer les valeurs associées à la collaboration et participation dès le début d’un projet. Dans ces événements, peuvent être discutés des aspects tels que les idées derrière le projet, la philosophie de travail et les performances du laboratoire.
En outre, l’environnement virtuel doit être utilisé (par ex. vidéoconférences), compte tenu de la capacité des nouvelles technologies à faciliter l’interaction de plus de personnes de différents endroits dans le processus de planification.
Types de projets
Dans les laboratoires de hackers, sont développés des projets liés à la transparence des
données publiques et la participation de la société civile aux politiques publiques. L’idée principale est de fournir au citoyen les moyens de développer des solutions en collaboration avec gouvernement et d’autres entités.
Les projets devant être développés par un laboratoire de hackers doivent avoir un code source ainsi qu’une documentation de base qui facilitent l’utilisation d’une solution créée par d’autres organes et entités de la société civile.
L’un des avantages indirects d’un laboratoire public est la réduction des coûts et le développement de solutions technologiques pour l’Etat, étant donné que les avancées produites peuvent être répliquées dans toutes les administrations.
Ouverture pour accepter les erreurs et les échecs pendant l’expérimentation
Actuellement, existe dans la fonction publique une certaine intolérance à l’erreur,qui constitue un tabou pour de nombreux fonctionnaires et représentants politiques.
Le processus d’innovation implique nécessairement des erreurs, parfois à plusieurs reprises, en dépit de toutes les initiatives de préventions des risques qui peuvent être prises. En ce sens, il est important que l’équipe et les sponsors du projet puissent concevoir les échecs comme autant d’étapes du processus pour développer la bonne solution Commettez des erreurs, commettez des petites erreurs, commettez des erreurs rapidement, c’est comme ça que vous apprendrez.
Soutien de la haute direction
Pour que le travail soit mené à bien, la direction de l’organe ou de l’entité concernée doit
soutenir les initiatives développées par le laboratoire. L’environnement dans lequel s’insère le
laboratoire est généralement inhospitalier à l’innovation, de sorte les managers sont indispensables à la promotion du changement culturel promu par un laboratoire, afin de donner une légitimité à l’initiative.
Le soutien peut être fourni par la fourniture de ressources, la participation à des événements promus par le laboratoire, la reconnaissance publique et la promotion des projets.
Méthodologies de travail
Afin d’organiser les processus de travail d’un laboratoire, il est recommandé d’utiliser de nouvelles techniques de gestion. Ces méthodologies pour la gestion de solutions innovantes sont influencées par les mouvements, tels que les startups, qui ont besoin résultats immédiats avec peu de ressources.
L’idée est de développer de manière ascendante, c’est-à-dire d’inclure l’utilisateur final au cours du processus d’élaboration, de développer des prototypes sont produits pour tester des concepts, d’avoir une évaluation progressive de l’acceptation et du développement du projet.
Parmi les méthodologies qui ont inspiré cet univers, on peut citer:
• Design Thinking: un ensemble de méthodes et de processus pour répondre à des problèmes de diverses natures. En tant qu’approche, l’idée de base est de placer les gens au centre du développement d’un projet, en profitant des différents points de vue pour élaborer des concepts plus robustes.
• Lean Startup: parfois décrit comme “Lean thinking”, l’idée est de réduire le gaspillage de ressources. Pour ce faire, on insère le client final du début du processus de création, en augmentant le contact avec de vrais clients pour la validation et élimination des hypothèses. Travailler avec le concept de "produit “minimum viable” (produit minimum viable ou MVP), c’est-à-dire qui répond le plus aux besoins clés des clients.
• Méthodologies Agiles: se concentrer sur la présentation depuis le début d’un logiciel fonctionnel, qui peut être testé et évalué. Par conséquent, le produit lui-même est la principale mesure du progrès. Il utilise la communication directe des membres de l’équipe, la documentation des seuls aspects essentiels, l’insertion des utilisateurs finaux dans le processus de développement. L’un des concepts de base est de travailler ensemble dans le même environnement que toutes les personnes impliquées dans le projet: programmeurs, gestionnaires, analystes métier et utilisateurs finaux.


#5

Une étude du lab de La république En marche ! sur le hacker lab du parlement brésilien : Cas Hackerlab Brésil.pdf (1,3 Mo)